samedi 14 janvier 2012

RN 40 Perito Moreno à El Chalten

Plein de carburant et d’alimentation dans le village de Perito Moreno. Nous sommes prêts pour affronter la RN40 en direction d’El Chalten et d’El Calafate. Premier stop sur cette nouvelle grande étape : Cueva de las Manos. Sous un soleil de plomb et une chaleur accablante, nous découvrons avec beaucoup de plaisir de très nombreuses peintures rupestres datant de 7300 avant JC !!! Incroyable, elles sont toujours intactes. La plupart représente des mains et surtout des mains gauches (90% des mains). Cela est surtout dû au processus de réalisation des peintures. Les indigènes emplissaient leurs bouches de minerais écrasé mélangé avec de l’eau et de la graisse de guanaco. Il prenait dans la main droite un tendon de guanaco qu’ils utilisaient comme paille pour projeter la peinture sur leurs mains gauches.




Combien de doigts a une main ?



Nous bivouaquerons à Bajo Caracoles à l’abri des seuls arbres qui existent dans la région, le vent souffle, c’est la Patagonie !

Nous retrouvons les nandious, les guanacos mais aussi les tatoo



Nous décidons de faire une grande étape pour rejoindre El Chalten et son célèbre Fitz Roy. Plus de 500 km de route dont plus de 400km de ripio. La RN40 est en travaux sur une bonne partie, les « desvio » sont donc très nombreux et l’on roule dans la pierraille  en admirant l’asphalte à 30m de nous.  La Tégécar a un comportement idéal sur ces pistes pierreuses qui donnent des sueurs froides aux camping-caristes.  


trop drôle mais on n'a pas testé!



Nous arrivons donc au Parc national des Glaciers que nous voulions tant voir. Le ciel est bleu, une chance inouïe quand on connait le nombre de personnes qui ne voient jamais le sommet tellement il attire les nuages. Le Fitz Roy, ce pic rocheux graniteux semble transpercer le ciel. Majestueux !Nous reconnaissons les formes dont Antoine de Saint Exupéry s'est inspiré pour dessiner la montagne du Petit Prince.


Fitz Roy et El chalten


Petit problème technique sur la route, qui aurait pû être grave. On vole au dessus du ripio mais cela n’empêche pas d’avoir des vibrations. Nous constatons des tâches d’huile sous le châssis. En cherchant l’origine, nous découvrons avec effroi que la fixation de la roue s’écarte du pont. On perd de l’huile et la roue est donc de travers… Heureusement, on l’a vu à temps, un mécano est tout proche et il nous indique qu’il ne doit pas y avoir de casse.  Le lendemain après-midi, il démonte, nettoie les pièces et resserre le tout. Tout va bien. On peut profiter d’El Chalten sereins !  



Après la pause technique, nous marchons 5km vers les deux miradors les plus proches de la ville. Beau panorama malgré les nuages.




Pour plus de photos et d'histoires, allez sur la galerie photo... en cliquant ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire