mercredi 23 novembre 2011

Arequipa, la blanche des volcans

Cette ville très agréable à vivre recèle bon nombre de très beaux bâtiments. On parle de ville blanche car le matériau principalement utilisé est le « sillar ». Cette pierre claire, très dure à travailler, est une pierre de lave. La région a été recouverte d'une très importante couche de lave après une éruption tout aussi importante.  La température très élevée a transformé cette lave en roche. Très difficile à travailler, cette pierre permet de faire de très belles façades.

sillar



Place d'armes

« Clin d'oeil » sur l'église de la place principale : maintes fois détruite par les tremblements de terre et les éruptions, l'église a été plusieurs fois restaurées avec le courage des habitants et aussi parfois avec l'aide ou la générosité extérieure. Un petit pays d'Europe, une certaine Belgique, a participé, va savoir pourquoi, à cette reconstruction en envoyant par bateau des orgues. Abîmés pendant le transport, ils ont joué faux pendant 100 ans...



Deux visites vraiment incontournables à Arequipa !

La première, le musée de Juanita, princesse des glaces. Jeune inca, sacrifiée pour apaiser la colère des dieux après une éruption du volcan Ampato, elle a été retrouvée voici peu de temps. On observe en fin de visite le corps toujours congelé de cette jeune adolescente, mais c'est l'ensemble du musée qui nous a permis de décoder nos propres énigmes sur les Incas. (Merci Sabine pour l'info) – photos interdites

La seconde, très belle et très surprenante, c'est le monastère de San Catalina. Ce monastère colonial est tout à l'inverse du vœux de pauvreté exprimé par les gens d'église... Une petite ville dans la ville, avec ses rues coquettes, des appartements privés dotés d'une chambre, d'un autel, d'une cuisine, salle à manger, sanitaire, cour intérieure,... et pour couronner le tout, pour y accéder, les sœurs bénéficiaient du service de plusieurs servantes, noires si possibles. Ce couvent n'était accessible qu'aux filles de bonnes familles, prêtes à débourser une dote de 100 pièces d'or... les autorités civiles et religieuses ont forcés l'arrêt de ces pratiques et ouvert le site au public depuis 1975.






Lavoir


Pour plus de photos et d'histoires, allez sur la galerie photo... en cliquant ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire