dimanche 26 février 2012

Chiang Mai jungle

Nous voulions pouvoir rencontrer les populations plus rurales. Un bon moyen de le faire à Chiang Mai consiste à partir en trek pour deux ou trois jours dans la jungle environnante. Nous choisissons trois jours de marche et de découverte.


Transfert dans la montagne dans la benne du pick-up. Bon d'accord, il y a une banquette mais le transport est rude quand même, surtout avec le nombre de tournants. Nous marcherons ensuite trois jours à travers des sous-bois au sol jonché de feuilles mortes (c'est la saison sèche), des forêts luxuriantes, des rivières jonchées de cascades, des rizières sèches, des champs de soja et surtout deux villages très authentiques. 

Cadeau d'anniversaire, Kenny fabrique pour Thomas un "fusil à papier mâché" en bambou.


Pour garder la tête au frais, on utilise la feuille de bananier.


Les expériences les plus mémorables sont d'ailleurs liées à nos bivouacs. Le second en plein cœur de la forêt, au milieu de nulle part avec une natte, une moustiquaire, une bougie et une chute d'eau pour se doucher. Le premier dans un campement du même confort mais dans un village de paysans. C'est là encore que l'on voit que les portes s'ouvrent quand on voyage avec des enfants. Il n'a pas fallu 5 minutes pour que tous les garçons du village entourent Thomas et partagent toutes sortes de jeux. Dès le plus jeune âge, ils manient la machette pour se construire arc à flèches, toupies, échasses,... 


Le père

La fille





On appelle ça une douche froide...


Toupies







Pour nous tous, la rencontre est ... tout comme leur vie là-bas... tout en simplicité avec de nombreux échanges de sourires. La Thaïlande est vraiment le pays du sourire.





Le lunch préparé le matin est emballé dans des feuilles et les baguettes sont faites dans les tiges... le biodégradable en plein.


Deuxième douche... froide...




On terminera le trekking par deux activités bien trop touristiques à notre goût. Un descente de rivière en Bambou-rafting, sympa mais sans plus. Et surtout, une activité nous mettant très mal à l'aise: la ballade à dos d'éléphant. Quasi comme un tour de manège donc peu intéressant mais en plus, pour faire avancer son éléphant, son maître (le cornac) le tire avec un crochet qu'il place derrière l'oreille. Résultat pour l'éléphant d'Elodie et moi, c'est avec un éléphant qui saignait en permanence que l'on a avancé. On a vraiment été déçus de participer, un peu malgré nouss à ce système.





radeau de bambou


Trois très belles journées donc que l'on a passées avec Kenny (le guide) ainsi que Heindrick et Doreen, couple d'allemand en vacances.

Pour plus de photos et d'histoires, allez sur la galerie photo... en cliquant ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire